Objectif :Créez de nouveaux noms de commandes qui exécutent une ou plusieurs commandes ou redéfinissez les options par défaut pour les commandes existantes ; attribuer des commandes aux frappes au clavier ; charger ou afficher la liste des noms d'alias définis

 

Format:Mode d'affichage:

ALIAS [/= /GL /LL /P] [nom sauvage]

 

Mode de définition :

ALIAS [/= /G /GL /LL /O] [/R [/Z] fichier...] | prénom[=]Plus-value

 

/=Appeler la boîte de dialogue de commande ALIAS
filetUn ou plusieurs fichiers d'entrée à partir desquels lire les définitions d'alias
nom sauvageNom de l'alias dont la définition doit être affichée (peut contenir * et ? caractères génériques)
prénomNom d'un alias ou de la clé pour exécuter l'alias
Plus-valueTexte à remplacer par le nom d'alias ou la clé

 

/Mondial)/Écraser)
/GL (liste globale)/Pause)
/Locale)/R(lire le fichier)
/LL (liste d'alias locaux)/Z (remplacer la liste)        

 

Voir aussi: UNALIAS, ESETet Alias.

 

Syntaxe de complétion de fichier :

 

Le défaut complétion du nom de fichier la syntaxe est : [/r] * [1] alias [2*] *

 

Usage:

 

Un pas        Vue d'ensemble

Un pas        Affichage des alias

Un pas        Commandes multiples et caractères spéciaux dans les alias

Un pas        Alias ​​imbriqués

Un pas        Désactivation temporaire des alias

Un pas        Noms d'alias partiels (abrégés)

Un pas        Alias ​​de frappe

Un pas        Alias ​​d’annuaire

Un pas        Sauvegarder et recharger vos alias

Un pas        Paramètres d'alias

Un pas        Extension des alias à l'invite

Un pas        Alias ​​locaux et mondiaux

Un pas        Conserver les alias mondiaux avec SHRALIAS

Un pas        Les alias PRE_INPUT, PRE_EXEC et POST_EXEC

Un pas        Les alias CD_Enter et CD_Leave

Un pas        L'alias UNKNOWN_CMD

Un pas        Avertissements

 

Vue d'ensemble

 

La commande ALIAS vous permet de créer de nouveaux noms de commandes ou de redéfinir des commandes internes. Il vous permet également d'attribuer une ou plusieurs commandes à une seule frappe. Un alias est souvent utilisé pour exécuter une série complexe de commandes en quelques frappes ou pour créer des « fichiers de commandes en mémoire » qui s'exécutent beaucoup plus rapidement que les fichiers de commandes sur disque.

 

Par exemple, pour créer une commande à une seule lettre d pour afficher un large répertoire, au lieu d'utiliser DIR /W, vous pouvez utiliser la commande :

 

alias d = dir /w

 

Maintenant, quand vous tapez un seul d en tant que commande, elle sera traduite en un DIR /W commander.

 

Si une commande ALIAS spécifie un Plus-value, et un alias était déjà attribué à prénom, l'ancienne valeur d'alias est supprimée.

 

Si vous définissez des alias pour des programmes d'application couramment utilisés, vous pouvez souvent supprimer les répertoires dans lesquels ils sont stockés du PATH. Par exemple, si vous utilisez Microsoft Word et avait le C:\WINWORD répertoire dans votre chemin, vous pouvez définir l'alias suivant :

 

alias ww = c:\winword\winword.exe

 

Avec cet alias défini, vous pouvez probablement supprimer C:\WINWORD de votre chemin. Word se chargera désormais plus rapidement que si TCC j'ai dû chercher le PATH pour ça. En outre, PATH peut être plus court, ce qui accélérera la recherche d'autres programmes.

 

Si vous appliquez cette technique pour chaque programme d'application, vous pouvez souvent réduire votre PATH à seulement deux ou trois répertoires contenant des programmes utilitaires et réduisez considérablement le temps nécessaire au chargement de la plupart des logiciels sur votre système. Avant de supprimer un répertoire du PATH, vous devrez définir des alias pour tous les programmes exécutables que vous utilisez couramment et qui sont stockés dans ce répertoire.

 

TCC prend également en charge Alias ​​d’annuaire, une manière abrégée de spécifier les noms de chemin.

 

Un nom d'alias peut être contenu dans une variable. Quand TCC effectue une expansion de variable sur une ligne de commande, il vérifiera si l'expansion a modifié le premier argument de la ligne, et si c'est le cas TCC vérifiera si le nouvel argument est un alias. Par exemple:

 

Alias ​​%AliasName=Echo Bonjour

 

:: Affichera : Echo Bonjour

Alias ​​MonAlias

 

:: Affichera : Bonjour

%MonAlias​

 

Les alias sont stockés en mémoire et ne sont pas enregistrés automatiquement lorsque vous éteignez votre ordinateur ou mettez fin à votre session actuelle. TCC session. Voir ci-dessous pour plus d'informations sur la sauvegarde et le rechargement de vos alias.

 

Affichage des alias

 

Si vous souhaitez voir une liste de TOUTE alias actuellement définis, tapez :

 

alias

 

Vous pouvez consulter la définition d'un unique alias. Par exemple, si vous souhaitez voir la définition de l'alias LISTE, vous pouvez taper:

 

liste d'alias

 

Vous pouvez également afficher les définitions de tous les alias correspondant à un modèle spécifique en spécifiant un seul paramètre contenant caractères génériques (* or ?). Par exemple:

 

pseudo *gagner*

   

affichera tous les alias contenant la chaîne gagner.

 

Vous pouvez utiliser le /P option pour contrôler le défilement de l’affichage lors de l’affichage des alias.

 

Commandes multiples et caractères spéciaux dans les alias

 

Un alias peut représenter plusieurs commandes. Par exemple:

 

lettres d'alias = `cd \letters & tedit`

 

Cet alias crée une nouvelle commande appelée DES LETTRES. La commande utilise d'abord CD pour passer à un sous-répertoire appelé \DES LETTRES du répertoire courant au moment de son exécution, puis exécute un programme appelé TÉDIT.

 

Les alias font un usage intensif du séparateur de commandes les nouveautés caractère de paramètre, et peut également utiliser le caractère d'échappement.

 

Lorsqu'un alias contient plusieurs commandes, les commandes sont exécutées les unes après les autres. Cependant, si l'une des commandes exécute une application Windows externe, vous devez être sûr que l'alias attendra la fin de l'application avant de continuer avec les autres commandes. Ce comportement est contrôlé par le Attendre la fin mise dans le boîtes de dialogue de configuration.

 

Lorsque vous utilisez la commande alias à l'invite de commande ou dans un fichier batch, vous devez utiliser des guillemets inversés ` autour de la définition du pseudonyme if il contient plusieurs commandes, or paramètres (discutés ci-dessous), or Variables d'environnement, or fonctions variables, or réorientation, or tuyauterie. Si vous n'utilisez pas de guillemets arrière, les paramètres, les variables et les fonctions sont évalués et la redirection ou la canalisation effectuée lors de la définition de l'alias, et seule la première commande fait partie de l'alias, les autres sont exécutées immédiatement. Les guillemets arrière empêchent cette expansion prématurée. Vous pouvez utiliser des guillemets autour d’autres définitions, mais ils ne sont pas obligatoires. Vous n'avez pas besoin de guillemets lorsque vos alias sont chargés à partir d'un fichier ALIAS /R ; voir ci-dessous pour plus de détails. Les exemples ci-dessus et ci-dessous incluent des guillemets arrière uniquement lorsqu'ils sont requis.

 

Alias ​​imbriqués

 

Les alias peuvent appeler des commandes internes, des commandes externes ou d'autres alias. Toutefois, un alias ne peut pas s'invoquer, sauf dans des cas particuliers où un IF or IFF La commande est utilisée pour empêcher une boucle infinie. Les deux alias ci-dessous démontrent l’imbrication d’alias (un alias en invoquant un autre). La première ligne définit un alias qui s'exécute dans le répertoire courant et exécute Word situé dans le E:\WINWORD\. Le deuxième alias change de répertoire avec le pushd commande, exécute le WP alias, puis revient au répertoire d'origine avec l'alias popd commander:

 

alias wp = e:\winword\winword.exe

alias w = `pushd c:\wp & wp & popd`

 

Le deuxième alias ci-dessus aurait pu inclure le chemin complet et le nom de Winword.exe au lieu d'appeler le WP alias. Cependant, écrire deux alias rend le second plus facile à lire et à comprendre, et rend le premier alias disponible pour une utilisation indépendante. Si vous renommez le Winword.exe programme ou déplacez-le vers un nouveau répertoire, seul le premier alias doit être modifié.

 

Désactivation temporaire des alias

 

Si tu mets un astérisque * immédiatement avant une commande dans le Plus-value d'une définition d'alias (la partie après le signe égal), elle indique TCC ne pas tenter d'interpréter cette commande comme un autre alias (imbriqué). Un astérisque utilisé de cette manière doit être précédé d'un espace ou du séparateur de commande et suivi immédiatement d'un nom de commande interne ou externe.

 

En utilisant un astérisque, vous pouvez redéfinir les options par défaut de toute commande interne ou externe. Par exemple, supposons que vous souhaitiez toujours utiliser le DIR commande avec le /2 (deux colonnes) et /P (pause à la fin de chaque page) options :

 

alias rép = *rép /2/p

 

Si vous n'incluez pas l'astérisque, le deuxième DIR sur la ligne serait le nom de l'alias lui-même, et TCC réinvoquerait à plusieurs reprises le DIR alias, plutôt que d'exécuter le DIR commande. Cela provoquerait une erreur « Boucle d'alias » ou « Ligne de commande trop longue ». L'astérisque force l'interprétation de la seconde DIR comme une commande, pas un alias.

 

Un astérisque vous aide également à éviter que les noms des commandes internes n'entrent en conflit avec les noms des programmes externes. Par exemple, supposons que vous ayez un programme appelé DESCRIRE.EXE. Normalement, l'intérieur DÉCRIRE La commande sera exécutée chaque fois que vous tapez DESCRIBE. Mais deux simples alias vous donneront accès à la fois au DESCRIRE.EXE programme et l' DÉCRIRE commander:

 

alias décrire = c:\winutil\describe.exe

alias filedesc = *décrire

 

La première ligne ci-dessus définit décrire comme pseudonyme pour le DESCRIRE.EXE programme. Si vous vous arrêtiez là, le programme externe s'exécuterait à chaque fois que vous taperiez DESCRIBE et vous n'auriez pas facilement accès au programme interne. DÉCRIRE commande. La deuxième ligne définit FILEDESC comme nouveau nom pour l'interne DÉCRIRE commande. L'astérisque est nécessaire dans la deuxième commande pour indiquer que le mot suivant désigne la commande interne DÉCRIRE, pas le décrire alias qui exécute votre programme externe.

 

Une autre façon de comprendre l'astérisque est de se rappeler qu'une commande est toujours vérifiée d'abord pour un alias, puis pour une commande interne ou externe, ou un fichier batch. L'astérisque au début du nom d'une commande ignore simplement la vérification habituelle des alias lors du traitement de cette commande et permet TCC pour passer directement à la recherche d'une commande interne, d'une commande externe ou d'un fichier batch.

 

Vous pouvez empêcher l'expansion des alias en utilisant un astérisque avant une commande que vous entrez sur la ligne de commande ou dans un fichier de commandes. Cela peut être utile lorsque vous voulez être sûr que vous exécutez la commande d'origine et non un alias du même nom, ou que vous voulez temporairement annuler l'objectif d'un alias qui modifie la signification ou le comportement d'une commande. Par exemple, ci-dessus nous avons défini un alias pour DIR ce qui faisait que les répertoires s'affichaient en mode paginé à 2 colonnes par défaut. Si vous souhaitez voir un répertoire affiché en mode normal à une seule colonne et non paginé, vous pouvez entrer la commande *DIR et l'alias serait ignoré pour cette commande.

 

Vous pouvez désactiver temporairement les alias avec le SETDOS /X commander.

 

Noms d'alias partiels (abrégés)

 

Vous pouvez également utiliser un astérisque dans le prénom d'un pseudonyme. Dans ce cas, les caractères suivant l'astérisque sont facultatifs lorsque vous appelez la commande alias. (Utilisation d'un astérisque dans l'alias prénom n'a aucun rapport avec l'utilisation d'un astérisque dans l'alias Plus-value discuté ci-dessus.) Par exemple, avec cet alias :

 

alias où*eis = dir /s /p

 

La nouvelle commande, OÙ SE TROUVE, peut être invoqué comme WHER, WHERE, WHEREI ou WHEREIS. Maintenant, si vous tapez :

 

où monfichier.txt

 

Le OÙ SE TROUVE l'alias sera étendu à la commande :

 

rép /s /p monfichier.txt

 

Alias ​​de frappe

 

Il existe deux types d'alias de frappe : insertion uniquement et exécution automatique.

 

Alias ​​de frappe à insertion uniquement

 

Mission: Pour attribuer un alias d'insertion uniquement à une frappe, utilisez le nom de la touche à gauche du signe égal, précédé d'un at signer @, et la valeur de l'alias à droite du signe égal :

 

pseudonyme @key=Plus-value

 

Opération: Lorsque vous appuyez sur la touche à laquelle vous avez attribué un alias d'insertion uniquement, TCC affiche et insère la valeur d'alias dans la ligne de commande actuelle, à la position actuelle du curseur. Si votre mode d'édition de ligne de commande est écraser et que le curseur ne se trouve pas à la fin de la ligne, la valeur de l'alias écrasera une partie de la ligne de commande. Vous pouvez continuer à modifier la ligne de commande, par exemple en ajoutant d'autres paramètres à la commande. Vous devez appuyer Entrer pour exécuter la commande.

 

Exemples :

 

Pour attribuer la commande DIR /W à la F4 type de clé:

 

alias @F4 = rép /w

 

Pour l'utiliser, appuyez sur F4 à l'invite de commande, et DIR /W sera placé sur la ligne de commande pour vous. Vous pouvez saisir des paramètres supplémentaires si vous le souhaitez et appuyer sur Entrer pour exécuter la commande. Avec l'exemple d'alias, vous pouvez définir les fichiers que vous souhaitez afficher après avoir appuyé sur F4 et avant d'appuyer sur Entrer pour exécuter la commande.

 

Vous pouvez également définir un alias de frappe pour insérer une chaîne fréquemment utilisée au milieu d'une commande, par exemple :

 

alias @shift-F4 =%@expand[

 

quel exemple spécifique peut aider au traitement des caractères génériques pour un programme sans une telle fonctionnalité.

 

Exécution automatique des alias de frappe

 

Mission: Pour attribuer un alias d'exécution automatique à une frappe, utilisez le nom de la touche à gauche du signe égal, précédé de deux at signes @@, et la valeur de l'alias à droite du signe égal :

 

pseudonyme @@key=Plus-value

 

Opération: Lorsque vous appuyez sur la touche à laquelle vous avez attribué un alias d'exécution automatique, TCC insère la valeur d'alias dans la ligne de commande actuelle, à la position actuelle du curseur. Si votre mode d'édition de ligne de commande est écraser et que le curseur ne se trouve pas à la fin de la ligne, la valeur de l'alias écrasera une partie de la ligne de commande. Après l'insertion/l'écrasement, la ligne de commande est automatiquement exécutée.

 

Mise en situation : Cette commande attribuera un alias au F11 clé qui utilise le CDD commande pour vous ramener au répertoire par défaut précédent :

 

alias @@f11 = cdd -

 

Considérations spéciales pour les alias de frappe

 

Lorsque vous définissez des alias de frappe, les affectations ne seront effectives que sur la ligne de commande, et non dans les programmes d'application ou les fichiers de commandes.

 

Pour garantir qu'un alias de frappe, en particulier. un auto-exécution, est sur la ligne de commande par lui-même, utilisez le caractère défini par l'option de la directive clé EraseLine (par défaut, le Esc clé, représentée par ^e) comme premier caractère de la valeur d'alias.

 

Pour forcer une indication visible selon laquelle un alias de frappe à exécution automatique a été utilisé, incluez une description descriptive ECHO commande dans la valeur d'alias.

 

Soyez prudent si vous attribuez des alias à des clés déjà utilisées sur la ligne de commande (par exemple, F1 pour le AIDE). Les définitions d'alias de frappe sont prioritaires, elles désactiveront donc la clé d'édition de ligne de commande correspondante.

 

Le Plus-value d'un alias, y compris un alias de frappe, ne peut contenir que des caractères. Il ne peut pas contenir de représentations de clés telles que F1 .. F12, Accueil, etc.

 

See Clés et noms de clés pour une liste complète des noms de clé et une description du format du nom de clé.

 

Alias ​​d’annuaire

 

Les alias de répertoire sont un moyen abrégé de spécifier des noms de chemin. Par exemple, si vous définissez un alias :

 

alias pf:=c:\fichiers de programme

 

Vous pouvez ensuite référencer les fichiers dans c:\fichiers de programme\jpsoft en entrant pf:\jpsoft. Les alias de répertoire fonctionnent à des endroits qui acceptent les noms de fichiers et de répertoires (arguments de commande internes ou premier argument d'une ligne de commande), y compris la complétion des noms de fichiers. Vous ne pouvez pas les utiliser dans les arguments d'applications externes, car TCC n'a aucun moyen de savoir quel est un argument valable pour les applications externes.

 

Les noms d'alias d'annuaire peuvent être constitués soit de deux caractères alphanumériques ou plus suivis de deux points, soit d'un seul chiffre suivi de deux points. Vous ne pouvez pas abréger alias de répertoire.

 

Les alias d'annuaire prennent en charge l'expansion des variables d'environnement.

 

Le @VRAI NOM La fonction variable renverra la cible d'un alias de répertoire.

 

Sauvegarder et recharger vos alias

 

Vous pouvez enregistrer vos alias dans un fichier :

 

alias > alias.lst

 

Vous pourrez ensuite recharger toutes les définitions d'alias dans le fichier au prochain démarrage avec la commande :

 

alias /r alias.lst

 

C'est beaucoup plus rapide que de définir chaque alias individuellement dans un fichier batch. Si vous conservez vos définitions d'alias dans un fichier séparé que vous chargez lorsque TCC démarre, vous pouvez les éditer avec un éditeur de texte, recharger le fichier édité avec ALIAS /R, et sachez que la même liste d'alias sera chargée au prochain démarrage TCC.

 

Lorsque vous définissez des alias dans un fichier qui sera lu avec le ALIAS /R , n'utilisez pas de guillemets arrière autour de la valeur, même si des guillemets arrière seraient normalement requis lors de la définition du même alias sur la ligne de commande ou dans un fichier batch.

 

Pour supprimer un alias, utilisez le UNALIAS commander.

 

Paramètres d'alias

 

Les alias peuvent utiliser des paramètres de ligne de commande ou des paramètres tels que ceux des fichiers batch. Les paramètres de ligne de commande sont numérotés de %0 à %511. (%0 contient le nom de l'alias.) Vous pouvez utiliser des guillemets doubles pour transmettre des espaces, des tabulations, des virgules et d'autres caractères spéciaux dans un paramètre d'alias ; voir Citation des paramètres pour plus de détails. (Les exemples d'alias dans cette section supposent que TCC par défaut ParameterChar=$.)

 

Les paramètres référencés dans un alias, mais qui manquent sur la ligne de commande, apparaissent sous forme de chaînes vides à l'intérieur de l'alias. Par exemple, si vous ne mettez que deux paramètres sur la ligne de commande, toute référence dans l'alias à %3 ou tout paramètre de numéro supérieur sera interprété comme une chaîne vide.

 

Le paramètre %n$ a une signification particulière. TCC l'interprète comme signifiant "la ligne de commande entière, à partir du paramètre n jusqu'à la fin."  Si n n'est pas spécifié, sa valeur par défaut est 1, De sorte %$ signifie "la ligne de commande entière après le nom d'alias".

 

Le paramètre %-n$ veux dire "la ligne de commande du paramètre 1 à n - 1".

 

Le paramètre spécial %# contient le nombre de paramètres de ligne de commande.

 

Par exemple, l'alias suivant changera de répertoire, exécutera une commande et reviendra au répertoire d'origine :

 

alias dans `pushd %1 & %2$ & popd`

 

Lorsque cet alias est invoqué comme :

 

dans c:\comm moncomm /zmodem /56K

 

Le premier paramètre, %1, a la valeur c:\comm. %2 is moncomm, %3 is /zmodemet %4 is / 56K. La ligne de commande se développe en trois commandes distinctes :

 

pushd c:\comm

moncomm /zmodem /56K

popd

 

Cet exemple suivant utilise le IFF commande pour redéfinir les valeurs par défaut pour SET. Il doit être inscrit sur une seule ligne :

 

alias set = `iff %# == 0 then & *set /p & else & *set %$ & endiff`

 

Cela modifie le SET commande afin que si SET est saisi sans paramètre, il est remplacé par SET /P (pause après affichage de chaque page), mais si SET est suivi d'un paramètre, il se comporte normalement. Notez l'utilisation d'astérisques (*set) pour éviter les boucles d'alias.

 

Si un alias utilise des paramètres, les paramètres de ligne de commande seront supprimés jusqu'au paramètre référencé le plus élevé inclus. Par exemple, si un alias fait uniquement référence à %1 et %4, alors les premier et quatrième paramètres seront utilisés, les deuxième et troisième paramètres seront ignorés et tout paramètre supplémentaire au-delà du quatrième sera ajouté à la commande développée (après le Plus-value partie de l'alias). Si un alias n'utilise aucun paramètre, tous les paramètres de ligne de commande seront ajoutés à la commande développée. Un moyen pratique d'empêcher l'ajout de paramètres de ligne de commande indésirables consiste à ajouter une référence à % 511 dans l'alias.

 

Les alias ont également un accès complet à toutes les variables de l'environnement, aux variables internes et aux fonctions de variables. Par exemple, vous pouvez créer une simple calculatrice en ligne de commande de cette façon :

 

alias calc = `echo La réponse est : %@eval[%$]`

 

Maintenant, si vous entrez :

 

calcul 5 * 6

 

L'alias affichera :

 

La réponse est : 30

 

Extension des alias à l'invite

 

Vous pouvez développer un alias sur la ligne de commande et afficher ou modifier les résultats en appuyant sur Ctrl-w après avoir tapé le nom de l'alias, mais avant l'exécution de la commande. Cela remplace l'alias par son contenu et substitue des valeurs à chaque paramètre d'alias, comme si vous aviez appuyé sur la touche Entrer clé. Cependant, la commande n'est pas exécutée ; il est simplement réaffiché sur la ligne de commande pour une édition supplémentaire.

 

Ctrl-w est particulièrement utile lorsque vous développez et déboguez un alias complexe, ou si vous voulez vous assurer qu'un alias que vous avez peut-être oublié ne modifiera pas l'effet de votre commande.

 

Alias ​​locaux et mondiaux

 

Les alias peuvent être stockés dans locales (facultatif) de défis listes. La sélection se fait lors TCC démarrage, en utilisant le /L or /LÀ La START or options de démarrage, ou par le Alias ​​locaux et Alias ​​mondiaux options de configuration, ou de manière interactive avec le ALIAS /G, /GL, /L et /LL choix. La liste globale des alias est limitée à 256 XNUMX caractères ; la liste d'alias locaux est limitée uniquement par la taille de la mémoire.

 

Avec son locales liste d'alias, toute modification apportée aux alias n'affectera que la copie actuelle de TCC. Ils ne seront pas visibles dans d’autres shells ou d’autres sessions.

 

Avec son de défis liste d'alias, toutes les copies de TCC, qui commencent par de défis La liste d'alias partagera la même liste d'alias et toute modification apportée aux alias dans une copie affectera toutes les autres copies. C'est la valeur par défaut pour TCC.

 

Si vous ne spécifiez pas /GL ou /LL, TCC recherchera d'abord les alias dans la liste locale. S'il n'y a pas de liste locale ou si l'alias n'est pas trouvé, TCC recherchera la liste globale (si elle existe).

 

Il n'existe pas de règle fixe pour déterminer s'il convient d'utiliser des listes d'alias locales ou globales. En fonction de votre style de travail, vous trouverez peut-être plus pratique d'utiliser un seul type ou un mélange de types dans différentes sessions ou shells. Nous vous recommandons de commencer avec l'approche par défaut, puis de la modifier si vous trouvez une situation dans laquelle l'approche par défaut ne vous convient pas.

 

Lorsque vous utilisez setlocal / ENDLOCAL dans un fichier batch, les modifications apportées aux définitions d'alias locales (ou aux définitions globales si vous n'avez pas de liste d'alias locale) sont restaurées par le ENDLOCAL.

 

Conserver les alias mondiaux avec SHRALIAS

 

Si vous sélectionnez une liste d'alias globale pour TCC vous pouvez partager les alias entre toutes les copies en cours d'exécution de TCC. Quand tu fermes tout TCC sessions, la mémoire de la liste d'alias globale est libérée et une nouvelle liste d'alias vide est créée au prochain démarrage TCC.

 

Si vous souhaitez que la liste d'alias soit conservée en mémoire même si aucun TCC session est en cours d'exécution, vous devez exécuter le SHRALIAS commande, qui effectue ce service pour la liste globale des alias, la liste globale des fonctions définies par l'utilisateur, la liste globale de l'historique des commandes et la liste globale de l'historique des répertoires. Vous trouverez peut-être pratique d'exécuter SHRALIAS de Votre TCSTART fichier.

 

SHRALIAS conserve la liste d'alias globale en mémoire, mais ne peut pas la conserver lorsque Windows lui-même est arrêté. Pour enregistrer vos alias au redémarrage de Windows, vous devez les stocker dans un fichier et les recharger après le redémarrage du système. Pour plus de détails sur la façon de procéder, voir Sauvegarder et recharger vos alias au dessus.

 

Les alias PRE_INPUT, PRE_EXEC et POST_EXEC

 

Lorsque vous êtes à l'invite de commande (c'est-à-dire sans exécuter de fichier batch), TCC recherchera (et les exécutera s'il est trouvé) les alias suivants :

 

PRE_INPUT - exécuté immédiatement avant d'accepter la saisie d'une nouvelle ligne de commande.

 

PRE_EXEC - exécuté immédiatement après la saisie d'une ligne de commande (avant toute extension ou redirection).

 

POST_EXEC - exécuté immédiatement après le retour d'une commande et avant d'afficher l'invite.

 

Aucun de ces alias ne recevra d'arguments.

 

Si le pseudo n'existe pas, TCC recherchera le plugins pour le PRE_INPUT / PRE_EXEC / POST_EXEC fonctions et exécutez-les si elles sont trouvées.

 

Les alias CD_ENTER et CD_LEAVE

 

Lors du changement de répertoire, TCC recherchera (et exécutera s'il est trouvé) les alias suivants :

 

CD_Congé - TCC exécutera cet alias lorsqu'il sera sur le point de changer de répertoire courant. TCC transmettra le nom du répertoire actuel (%1) et le nom du nouveau répertoire (%2).

 

CD_Entrée - TCC exécutera cet alias immédiatement après avoir modifié le répertoire actuel. TCC transmettra le nom du nouveau répertoire (%1).

 

Ces alias vous permettent de personnaliser votre environnement en fonction du répertoire actuel.

 

L'alias UNKNOWN_CMD

 

Si vous créez un alias avec le nom UNKNOWN_CMD, il sera exécuté à tout moment TCC émettrait normalement le "Commande inconnue" Message d'erreur. Cela vous permet de définir votre propre gestionnaire pour les commandes inconnues. Quand le UNKNOWN_CMD l'alias est exécuté, la ligne de commande qui a généré l'erreur est transmise à l'alias pour un éventuel traitement. Par exemple, pour afficher simplement la commande qui a provoqué l'erreur :

 

alias inconnu_cmd `echo Erreur dans la commande "%$"`

 

Si la UNKNOWN_CMD alias contient une commande inconnue, il s'appellera à plusieurs reprises. Si cela se produit, TCC bouclera jusqu'à 10 fois, puis affichera le Boucle UNKNOWN_CMD Erreur.

 

Si une UNKNOWN_CMD l'alias n'existe pas, TCC recherchera le plugins pour une commande UNKNOWN_CMD et exécutez-la si elle est trouvée.

 

Avertissements

 

Lorsque vous définissez un alias dans la ligne de commande (c'est-à-dire sans utiliser le /R option), les variables et fonctions non protégées par des guillemets arrière ou des signes % doublés sont immédiatement évaluées et le résultat fait partie de la valeur d'alias.

 

Les erreurs de syntaxe dans un alias ne sont détectées qu'une fois l'alias exécuté.

 

options:

 

/=Affichez la boîte de dialogue de commande ALIAS pour vous aider à définir les options de ligne de commande. L'option /= peut être n'importe où sur la ligne ; des options supplémentaires définiront les champs appropriés dans la boîte de dialogue de commande.

 

/GPassez d’une liste d’alias locale à une liste d’alias globale. Si vous disposez déjà d'une liste d'alias globale (par exemple, dans un autre TCC exemple ou dans SHRALIAS), ALIAS ne fera pas la conversion. Le /G doit être le seul argument.

 

/GLLisez et écrivez dans la liste d'alias globale. Si vous avez défini des listes d'alias locales et globales et que vous ne spécifiez pas /GL, ALIAS utilisera par défaut la liste locale.

 

/LPassez d'une liste d'alias globale à une liste d'alias locale. Si vous disposez déjà d'une liste d'alias locale, ALIAS n'effectuera pas la conversion. Le /L doit être le seul argument.

 

/LLLisez et écrivez dans la liste d'alias locale.

 

/ON'écrasez pas les valeurs existantes (valable uniquement en combinaison avec /R).

 

/PCette option n'est efficace que lorsque ALIAS est utilisé pour afficher les définitions existantes. Il met l'affichage en pause après chaque page et attend une frappe avant de continuer (voir Invites de page et de fichier).

 

/RCette option charge une liste d'alias à partir d'un fichier. Le format du fichier est le même que celui de l'affichage ALIAS :

 

nom=valeur

 

De prénom est prénom du pseudonyme et Plus-value est son Plus-value. Vous pouvez utiliser un signe égal = ou espace à séparer prénom et Plus-value. N'utilisez pas de guillemets arrière autour de la valeur avec /R. Les variables et fonctions référencées dans les définitions restent dans les définitions, pour être évaluées à chaque exécution de l'alias. Vous pouvez ajouter des commentaires au fichier en commençant chaque ligne de commentaire par deux points. :. Vous pouvez charger plusieurs fichiers avec un seul ALIAS /R commande en plaçant les noms sur la ligne de commande, séparés par des espaces :

 

alias /r alias1.lst alias2.lst

 

ALIAS /R les définitions peuvent s'étendre sur plusieurs lignes du fichier si chaque ligne de la définition, à l'exception de la dernière, se termine par un caractère d'échappement.

 

ALIAS /R lira de Stdin si aucun nom de fichier n'est spécifié et que l'entrée est redirigée :

 

pseudonyme /r

 

/ZRemplacez la liste d'alias existante par le contenu du fichier spécifié. Ne peut être utilisé qu'avec un seul argument de fichier /R. ALIAS /R /Z est 20 fois plus rapide qu'un ALIAS /R, car il n'a pas besoin de vérifier les alias existants ni d'ajouter de nouveaux alias à la fin de la liste. N'utilisez pas de guillemets simples autour de vos arguments d'alias avec /Z.